Séminaire

Nous pensons que la tâche historique et philosophique qui nous incombe aujourd’hui est de franchir une étape réflexive supplémentaire quant à ce qui fait de nous des humains, ce que l’on peut -faute de meilleur terme- désigner comme exigence de surréflexivité.

Il s’agit en somme de retisser le fil de notre histoire d’une part, de remettre à plat les présuppositions qui guident les acteurs d’autre part, en les soumettant à une analyse conceptuelle sans concessions.

Cette démarche d’explicitation des fondements qui nous portent et des fins qui nous entraînent ne peut qu’être libre des découpages partisans ou disciplinaires. Elle ne peut relever que d’une démarche d’anthropologie clinique et de philosophie politique, celle-ci ne se réduisant pas, bien qu’elle ne l’exclue pas, à l’histoire de la réflexion sur le politique : elle réside largement dans l’analyse réflexive des discours positifs.

Elle trouve une de ses sources principales dans l’effort des praticiens et des spécialistes de diverses disciplines et de divers domaines pour prendre du recul vis-à-vis de leurs perspectives particulières et pour les resituer dans le champ d’ensemble où ces perspectives trouvent leur sens.